Vivre à La Minais

Le blog de l'ASSOCIATION LA MINAIS à Sainte Luce sur Loire (44)

Compte rendu de la rencontre avec le Maire de Ste-Luce le 21 janvier 2021

| 0 Commentaires

Compte rendu rédigé par l’association La Minais. L’association était représentée par le président et trois membres du bureau.
En rouge : les échanges et les réponses du Maire et du responsable de la Direction du cadre de vie et aménagement urbain.

CIRCULATIONS ET STATIONNEMENT

1   Le carrefour actuel Olympe de Gouges / Piais / Perrières est dangereux. Nous souhaitons une concertation avec les habitants dans le cadre des projets d’aménagement définitif de la ZAC, notamment pour assurer une continuité sécurisée des cheminements piétons et cyclistes.
Cet aménagement est prévu à terme dans le cadre de la ZAC. Pour information, l’inscription de la route des Perrières dans un PPI voirie (Plan pluriannuel d’investissement) avec Nantes Métropole est en discussion.

2   Rue Olympe de Gouges et en haut de la route de la Minais, trop de véhicules stationnent en-dehors des places matérialisées au sol, rendant dangereuse la sortie des résidences adjacentes par manque de visibilité. La municipalité précédente nous a répondu qu’elle allait demander à la Police Municipale d’accentuer ses rondes et de verbaliser. Or nous ne voyons aucune amélioration sur le terrain.
12 plots auto-relevables ont été commandés, il reste à les poser.

3   Le problème est aggravé la nuit par le fait que certains véhicules montent sur le trottoir du côté nord de la rue Olympe de Gouges, côté où le stationnement n’est pas autorisé. Il faudrait prévoir des plots de protection là où cela est le plus dangereux, par exemple en face de la chaufferie.
Des consignes vont être données à la police municipale dont le service se termine à 20h.

4   La circulation cycliste le long de la rue Olympe de Gouges est illisible et dangereuse depuis les aménagements bricolés en 2015 : les trottoirs côté nord sont partagés entre piétons et cyclistes, souvent étroits, parfois encombrés de panneaux mal placés qui constituent autant d’obstacles.
Il est anormal que l’axe central du quartier ne puisse jouer son rôle attractif pour les deux-roues.
Une rencontre sur le terrain entre une représentante de la mairie et LAD-SELA est prévue demain.
Un marquage au sol sur le trottoir nord est nécessaire, au moins face à la chaufferie.

5   Nous demandons depuis des années le jalonnement au sol d’une liaison cyclable entre la Minais et le cœur de Ste-Luce par la rue Claire Fontaine et la rue des Courlis, afin d’éviter l’échangeur avec l’A811 et l’absence de toute protection des deux roues sur l’axe Jules Verne – Jean Moulin – Coty.
Le constat est partagé mais cela ne peut se faire que dans le cadre du SDIC (Schéma directeur des itinéraires cyclables) de Nantes Métropole.
Cela pourrait s’intégrer dans le projet (lointain…) d’un itinéraire qui doublerait pour les « modes actifs » l’axe lourd du chronobus en empruntant la rue du Petit Chassay et l’allée Eudes de Frémond.

6   Nous souhaitons une amélioration de l’offre de la TAN en jour blanc (dimanches et jours fériés) : actuellement la ligne 87 qui dessert les Islettes ne fonctionne pas ces jours-là et il faudrait accroitre la cadence du C7 en passant de 2 à 3 passages par heure en jour blanc.
La Ville a déjà demandé à la TAN d’augmenter la fréquence de la ligne 87 les jours ouvrables.
Nous insistons sur le fait que la demande porte sur les dimanches et jours fériés.
La TAN ne prévoit rien de nouveau pour le C7.

PARC PAYSAGER

7   Des véhicules à moteur (2 roues et 4 roues) circulent parfois sur les allées du parc paysager. La municipalité précédente nous avait annoncé la pose en 2020 de panneaux d’interdiction et de potelets supplémentaires. Quand seront-ils mis en place ?
Nous précisons que l’accès utilisé est presque toujours celui du chemin piétonnier dit « des roses » situé entre Naturéa et Vivréo, côté route de la Minais. Il existe un potelet mais il est souvent absent.
Le problème sera traité lors de la prolongation de cet axe (sous le nom de « Allée Madeleine Cinquin ») par LAD-SELA jusqu’à la rue de la Gare.

8   L’allée centrale qui mène en ligne droite du ponton à l’arrêt du chronobus souffre d’un défaut d’éclairage. Or elle est en hiver très utilisée matin et soir par des usagers des transports en commun.
La Ville en a déjà parlé à LAD-SELA qui est encore le propriétaire des espaces publics de la ZAC.

9   Le parc paysager accueillant parfois beaucoup de monde, il faudrait que les corbeilles à déchets y soient vidées plus régulièrement. Quelques bacs à déchets avec tri sélectif pourraient d’ailleurs être utiles là où l’affluence est la plus forte (par exemple sur l’allée centrale précédemment citée).
L’élue à l’Économie circulaire, la réduction des déchets et la consommation d’énergie ainsi que les services de la Ville y réfléchissent. Un budget devrait être voté en mars.

10   Nous attendons toujours les tables de ping-pong en dur promises par la municipalité précédente près de l’aire de jeux et du skate-park. Nous souhaitons qu’y soit ajouté un terrain de jeux de boules, équipement jusqu’alors refusé sous le prétexte qu’il en a été créé un aux Islettes. Par ailleurs nous soulignons de nouveau l’absence regrettable d’une aire de jeux dédiée aux plus petits (moins de 6 ans).
Tables de ping-pong : à inscrire dans le PPI mobilier urbain avec Nantes Métropole.
Aire de jeux de boules : précisément où ? (en sachant que cela se ferait au détriment du parc).
Aire de jeux pour les < 6 ans : réticence de la Ville car d’autres quartiers en demandent et c’est cher.

11   Des planches en bois formant gradins autour du grand étang sont arrachées, certaines pierres du cheminement en dur se détachent, de même que plusieurs planches des passerelles en bois. Le panneau d’affichage près du ponton est tombé. On observe aussi la présence croissante de ragondins autour des deux étangs et de déchets flottants qui obstruent leurs grilles d’évacuation. Enfin l’aire de jeux actuelle pour les plus de 6 ans, si appréciée, aurait besoin de réparations.
Planches, pierres, etc. : la Ville émettra des réserves et LAD-SELA devra faire les travaux lors de la prochaine rétrocession des espaces publics.
Panneau d’affichage : la Ville réfléchit à un autre emplacement.
Ragondins : la Ville va faire intervenir une entreprise de piégeage.
Grilles d’évacuation : LAD-SELA doit les faire nettoyer prochainement.
Aire de jeux : les réparations sont budgétées.

12   Certains peupliers penchent beaucoup au-dessus de la rive ouest du petit étang. Le service espaces verts de la Ville estime qu’il n’y a pas de danger mais le constat nous semble discutable par grand vent. L’accumulation de petits bois et de feuilles à la surface de l’eau favorise l’eutrophisation.
Après une inspection récente, le service municipal des espaces verts confirme que tout va bien.

SALUBRITÉ ET PROPRETÉ DU QUARTIER

13   Par un courrier du 9 juillet 2020, la DTA Est Agglomération de Nantes Métropole accepte de participer à un groupe de travail sur les colonnes enterrées qui sera « initié » par la ville de Ste-Luce avec des représentants des bailleurs sociaux et de l’association. Nous espérons sa mise en place rapide.
Accord de principe de la Ville.

14   La chaufferie alimentant le réseau de chaleur est située en plein centre du quartier. Nous demandons que soit installé à proximité un capteur permanent de la qualité de l’air.
Voir avec les représentants de Nantes Métropole lors de la Commission des usagers prévue le 11 février.

15   Nous souhaitons que soit poursuivie l’expérience du partenariat pour la valorisation du cadre de vie du quartier qui fonctionne bien depuis 2018 entre la Ville et l’association.
La Ville le souhaite aussi et nous demande de ne pas hésiter à faire des propositions.

16   Comme le montrent les bilans des nettoyages du quartier (le dernier le 19 septembre 2020 pour le WCD), il faudrait prévoir un collecteur de cigarettes devant l’entrée du groupe scolaire Félix Tessier.
La Ville vient d’en recevoir, l’équipement va donc être prochainement installé.

17   Des odeurs bizarres émanent du réseau de collecte des eaux usées de la rue de la Poitevinière, au droit de la rue de la Minais et au sortir du manoir de la Poitevinière. Nous attendons toujours les résultats de la vérification que la Ville aurait demandé à Nantes Métropole.
L’inspection a été faite et n’a rien pointé d’anormal. Aucun riverain ne s’est plaint auprès de la Ville.

18   Nous avions demandé ce que comptait faire la Ville après l’inondation survenue le 21 décembre 2018 à l’angle des rues de la Gare, de la Poitevinière et des Roseaux, après de fortes pluies : la chaussée, des jardins et des pieds des maisons ont été ennoyés. Nous avions remis plusieurs photos à la précédente équipe municipale qui découvrait l’événement. Nous n’avons eu aucune réponse.
La Ville considère que le problème a été résolu par la réparation de la fuite trouvée l’an dernier au 19 rue Olympe de Gouges. Or les fortes pluies qui se sont abattues sur le quartier l’après-midi même de la rencontre ont fait refouler sur la chaussée une grande quantité d’eau depuis les bouches d’égout !

URBANISME

19   Les projets de création d’un marché nocturne et d’un « lieu rassemblant des activités et services » sont des premiers pas dans la bonne direction. Mais nous rappelons que la demande prioritaire de 71% des 305 personnes ayant répondu au sondage organisé par l’association en 2019 dans tout l’Est lucéen est celui de commerces de proximité dans des locaux commerciaux fixes pour des besoins quotidiens.
Le projet de marché de l’Est semble parti sur de bons rails, le questionnaire lancé récemment par la Ville a déjà reçu 428 réponses.
Concernant l’AMO lancée l’an dernier, le rapport du bureau d’études Histoires de ville préconise un « archipel de lieux » provisoires pour accueillir des activités variées : cela devrait déboucher au printemps sur une concertation de type « forum ouvert ».
Pour les commerces fixes, la ZAC peut réglementairement accueillir jusqu’à 10 locaux commerciaux de 99 m2 chacun au maximum mais Nantes Métropole ne veut pas entendre parler de la création d’un lieu regroupant des commerces fixes en dehors du centre de Ste-Luce et de la Cadoire. Et aucun commerçant approché n’a jusqu’à présent accepté l’idée d’une localisation qui ne serait pas le long de la route de Thouaré.

20   Le changement de maître d’œuvre de la ZAC a entrainé un retard dans le planning prévu. La municipalité précédente nous avait annoncé vouloir organiser à l’échéance du printemps 2019 une présentation des esquisses d’aménagement des tranches de la ZAC restant à construire et des projets immobiliers prévus dans le quartier. Nous attendons toujours.
Une réunion entre la Ville et Nantes Métropole s’est déroulée il y a quelques jours à ce sujet.
La présence de zones humides dans les tranches restant à urbaniser remet en cause les plans et la programmation qui nous avaient été présentés par le Maire le 1 mars 2017. Une nouvelle phase de réflexion va s’amorcer : de quel quartier avons-nous envie ?

21   La signalétique du quartier a été négligée jusqu’à présent. Il faudrait un fléchage clair et visible du groupe scolaire Félix Tessier et de la halle des sports depuis la route de Thouaré, en venant de l’est comme de l’ouest. Un plan de la ville de Ste-Luce serait le bienvenu à côté d’une boite aux lettres près de la halle des sports. L’affichage électoral y serait également mieux placé que devant la chaufferie.
Fléchage : il vient d’être fait pour les circulations douces mais il reste à faire pour la circulation routière ainsi que pour un éventuel plan de ville.
Boite aux lettres : le dossier avance et devrait bientôt déboucher sur une implantation à l’entrée du parking de la Halle sportive.
Affichage électoral : la Ville réfléchit à relocaliser les bureaux de vote dans les quartiers (donc l’école Félix Tessier pour nous).

AUTRES SUJETS ABORDÉS

Par l’association : les riverains font un bilan critique de l’aménagement destiné à ralentir la vitesse des véhicules rue de la Poitevinière et rue de la Rongère.
La Ville va en parler avec Nantes Métropole lors d’une réunion programmée demain. L’aménagement réalisé étant provisoire, elle va proposer une autre phase d’expérimentation. Pour ce qui concerne la suite de la rue de la Rongère à l’est des jardins familiaux, l’aménagement définitif ne pourra être lancé qu’une fois défini le plan d’urbanisme de la tranche sud-est de la ZAC.

Par l’association : constat du manque d’arbres le long de la rue Olympe de Gouges par rapport à ce que prévoyaient les plans initiaux de Phytolab.
La Ville va transmettre à l’association les plans d’exécution (qui peuvent être différents des plans de conception) pour qu’elle puisse réaliser un inventaire sur le terrain.

Par le Maire : la Ville envisage d’implanter un PMV (panneau à messages variables) devant le groupe scolaire Félix Tessier.

Par le Maire : la Halle sportive de la Minais devrait pouvoir commercer à être utilisée par les clubs fin février / début mars. Une inauguration classique étant impossible à cause de la situation sanitaire, la Ville envisage d’organiser au printemps une « fête des sports » qui permettra aux Lucéens de la découvrir.

Laisser un commentaire

Champs Requis *.


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.