Vivre à La Minais

Le blog de l'ASSOCIATION LA MINAIS à Sainte Luce sur Loire (44)

Quelles sont vos questions – concernant le quartier – à relayer auprès de la mairie (ou de Nantes Métropole) ?

| 0 Commentaires

L’association La Minais va demander prochainement à rencontrer les élus municipaux.
Voici la liste des sujets à aborder dont nous ont déjà fait part les adhérents qui se sont exprimés.
Si vous en voyez d’autres, merci d’utiliser le formulaire « Laisser un commentaire » situé en bas de cette page.

  • Où en est le projet de concertation – ou de groupe de réflexion – sur la circulation dans le quartier maintes fois évoqué par la municipalité et toujours repoussé ? D’autant que l’opération qui vient d’être lancée par Nantes Métropole rue du Plessis-Maillard aura des répercussions sur la Minais.
  • Vitesse beaucoup trop élevée des véhicules roulant dans les longues lignes droites des rues de la Poitevinière et de la Rongère (pourtant limitées à 30 km/h) : il faudrait des ralentisseurs.
  • Sortie dangereuse de la rue Olympe de Gouges sur la rue de la Piais : à quand un aménagement sérieux ?
  • De nombreux véhicules continuent de stationner rue Olympe de Gouges en-dehors des places matérialisées par la peinture au sol : la sortie des rues adjacentes est souvent dangereuse, par manque de visibilité.
  • Demande de concertation sur l’organisation du stationnement autour de la future Halle des sports.
  • Demande de concertation sur l’organisation du stationnement autour des futurs jardins familiaux.
  • Demande de concertation sur la façon dont la coulée des Islettes va déboucher sur la route de Thouaré (enjeu de sécurité important). Pourquoi le blocage actuel ?
  • Absence d’une circulation cycliste sécurisée le long de la rue Olympe de Gouges : actuellement sur trottoirs sans fléchage (mélange avec les piétons) et avec de multiples obstacles.
  • Les voies douces piétons/vélos du parc paysager sont utilisées par des véhicules à moteur : vélomoteurs, motos et même voitures (notamment du service municipal des espaces verts). Il faudrait poser des panneaux d’interdiction et bloquer les accès pour les voitures.
  • Où en est le projet de liaison douce vers le cœur de Ste-Luce sans passer par l’échangeur de l’A811 ? Et celui d’une sécurisation de l’axe piétons/vélos menant à la Loire par la rue de la Gironnière (passage délicat sous la voie ferrée) ?
  • Il faudrait dans la partie nord du parc paysager (près des aires de jeux et skatepark) des tables de ping-pong en dur, des stationnements pour les vélos ainsi qu’un jeu de boules. Il manque également un espace de jeux pour les tout-petits à côté de l’aire de jeux actuelle.
  • Les ganivelles entourant l’aire de jeux se dégradent et les buttes de terre entourant le skatepark ne sont pas engazonnées.
  • Relance de la ZAC annoncée début 2017 : quels chantiers de construction de logements vont-ils être lancés en 2018 ? Pourquoi la 2e tranche du Square de la Minais est-elle régulièrement modifiée et repoussée ?
  • Demande que les futurs chantiers de maisons individuelles du quartier (pas seulement la ZAC) soient encadrés par une convention sur la gestion des déchets de chantier.
  • Besoin de commerces de proximité : où en est-on ?
  • Il n’y a pas de plan communal de Ste-Luce affiché sur un panneau dans le quartier, comme on en trouve ailleurs.
  • Choix d’un lieu central où pourrait être installés un panneau d’information avec plan du quartier, un espace pour l’affichage électoral et une boite aux lettres. Avec la possibilité pour une voiture d’un arrêt minute sans danger.
  • Odeurs bizarres rue de la Poitevinière : quelque chose ne fonctionne pas au niveau du réseau de collecte des eaux usées, au droit de la rue de la Minais et au sortir du manoir (ex Blass).
  • Garanties sur le caractère transitoire de l’aire d’accueil récemment installée rue de la Gironnière pour une dizaine de familles Roms issues de l’un des camps illégaux récemment évacué.
  • Remise en état de la partie nord de la rue de la Gironnière (partie barrée par des merlons de terre, le long des futurs jardins familiaux) une fois que la LAD-SELA aura nettoyé, dépollué et labouré les parcelles où s’étaient implantés les deux campements Roms illégaux ainsi que les terrains situés autour.
  • Problèmes liés aux dépôts sauvages autour des cuves enterrées gérées par Nantes Métropole devant plusieurs copropriétés. Et les odeurs qui en émanent laissent penser qu’elles ne sont pas souvent nettoyées.

Laisser un commentaire

Champs Requis *.